Alexandra W. Laudé

Aujourd’hui, je vous invite à découvrir un portrait de femme entrepreneure avec Alexandra W. Laudé, montréalaise et maman de 2 garçons.

Alexandra c’est avant tout une femme de coeur, passionnée, mais aussi la fondatrice de “Le Pouvoir De’’, une boîte d’affirmations permettant de se reprendre en main et de se motiver à tout âge.

Une de ses forces, est qu’après un “échec” où elle a tout perdu, elle a su se relever et se lancer dans ce nouveau défi qui ne cesse de prendre de l’ampleur depuis son lancement.

Elle a eu la gentillesse de répondre à mes questions pour nous en dire un peu plus sur son histoire et sa vie actuelle d’entrepreneure.


Crédit photo: Serge Boisseau


Bonjour Alexandra, parles-nous un peu de ton parcours professionnel, as-tu toujours été entrepreneure?

Oui j’ai toujours eu cette fibre entrepreneuriale en moi, d’ailleurs, avant de fonder “Le Pouvoir de”, je gérais une franchise; un magasin UPS.

Même quand cela n’a pas fonctionné et que j’ai dû mettre la clé sous la porte, je n’ai pas renoncé à l’entrepreneuriat,  je me suis immédiatement dit que cela pouvait se faire autrement.


Tu as, selon tes propres mots, tout perdu? Comment réussit-on à se relever?

Effectivement, en 2015 j’ai dû fermer mon magasin, cela a été très difficile et je l’ai vécu comme une grosse déception.

Cependant, j’ai reçu une éducation que l’on peut qualifier de “battante” alors je me suis tout de suite dit que je ne pouvais pas en rester là, qu’il ne fallait pas lâcher prise et que j’avais certainement quelque chose à apprendre de cet “échec” (je mets des guillemets car selon moi il n’y a pas vraiment d’échecs mais simplement des expériences qui nous font apprendre pour mieux avancer ensuite).

Par contre, je conseillerais de prendre le temps de vivre son “échec” et sa déception avant de rebondir afin de repartir sur de bonnes bases et avec le bon état d’esprit.

Ce que je n’ai pas fait car j’ai voulu avancer immédiatement en laissant ma déception de côté, mais elle m’a rattrapée.

J’ai alors quitté le poste que j’avais pris entre temps  et j’ai pris le temps qu’il fallait pour vivre ma déception. J’ai accusé le coup, je me suis renfermée, remise en questions et j’ai même pleuré (« Euh pleuré ma vie en bon québécois » dit-elle en éclatant de rire). C’était nécessaire pour vivre ma peine pleinement. Après cette période j’étais prête à me reprendre en main à aller de l’avant.

 

Et c’est pendant cette période que tu as créé “Le Pouvoir De” ?

Oui, il est né avant tout d’un besoin personnel. Il s’est créé pendant cette période de remise en question car j’ai remarqué que la rage que j’avais en moi était essentiellement liée à des choses extérieures à moi, à du matériel et à ce que j’avais perdu.

Alors j’ai commencé à me demander ce que MOI j’étais sans tout cela, sans ces pièces matérielles. La question principale qui revenait était: “Moi je suis qui, je suis quoi?

J’ai remarqué qu’on oublie très souvent de se valoriser soi-même, laissant passer les autres en priorité.

Dans ma quête de bien-être, j’ai magasiné des coachs mais les montants étaient exorbitants pour moi qui venait de tout perdre, alors j’ai décidé de m’auto-coacher pour me “guérir” avec ce concept de phrases positives à méditer.

J’ai tout naturellement commencé par identifier ma propre valeur et j’ai commencé à me répéter des affirmations, telles que “je suis confiante ! ”, “je suis compétente ! “ …etc.

Plus je le faisais, mieux  je me sentais; j’étais tellement concentrée sur les mots positifs que j’arrivais à trouver des solutions à tout.

Mon entourage me trouvait plus ouverte, calme et réceptive, ce qui m’a conforté dans le fait que j’étais sur la bonne voie.

C’est à ce moment-là que j’ai commencé à en parler à mes proches dont les retours ont été très positifs, ils trouvaient l’idée prometteuse; c’est alors que je me suis dit que si cela m’aidait tant, ce serait bien d’en faire profiter les autres.


Tu peux nous en dire plus sur le concept?

Il s’agit d’une boîte dans laquelle se trouvent 240 affirmations positives; c’est très simple, il suffit de piger une affirmation tous les deux jours.

Pendant ces 48 heures, on se donne le temps de bien comprendre l’essence du mot, de l’assimiler, de l’écrire, de l’appliquer, de méditer sur sa signification et notre rapport personnel à cette affirmation (pourquoi je le suis? Pourquoi je ne le suis pas? Comment le devenir?),  avant de passer à l’affirmation suivante.

Comme pour tout, la constance est la clé afin de voir une réelle différence.


Tu organises également des ateliers?

Oui, ils ont pour but de renforcer la confiance en soi.

Ils ont lieu une fois par mois, on travaille par petit groupe et on se concentre sur le “Je suis”.

L’objectif est de savoir qui on est vraiment et comment se reconstruire tout en se reconnectant à ses vraies valeurs.

Il s’agit de retrouver qui nous sommes vraiment sans cette pression extérieure qui nous pousse à vouloir performer à tout prix; c’est une réelle prise de conscience de soi.

Mes clients (autant des hommes que des femmes) en ressortent grandis et ils apprécient plus ce qu’ils ont déjà et surtout eux-mêmes, ce qui est la base.


Peux-tu nous parler de ton organisation quotidienne?

Alors pour commencer, j’ai un agenda annuel qui ne me quitte pas et dans lequel je note tout. J’en ai depuis une quinzaine d’années et tout y est noté, ce que j’ai fait, qui j’ai vu…je garde une trace de tout :).

Pour le reste, en général je mets mes posts sur les réseaux sociaux le matin, en fonction de l’humeur de ma journée. J’aime me laisser guider par mon intuition.

Je veille ensuite à les fermer afin de ne pas y passer trop de temps, car cela peut vite devenir chronophage.

Je liste ensuite mes tâches de la journée, en fonction des priorités; cela varie entre les ateliers à préparer, la production à faire, les client(e) s à appeler…etc.

Mes journées sont toujours bien remplies.

 

Être une maman entrepreneure, c’est aussi un beau défi. Comment gères-tu cela?

Je fais participer mes enfants à mon entreprise.

Par exemple, l’aîné qui a 11 ans est très actif, il participe depuis le début au projet et j’ai même créé l’image de la marque avec lui; il me donne régulièrement son avis et je le considère comme un partenaire d’affaires.

D’ailleurs mes 2 enfants font aussi les affirmations avec moi, ils en prennent une chaque matin, la lisent et partent à l’école avec ce mot qui résonne dans leur tête tout au long de la journée. J’ai remarqué que cela avait un impact très positif sur eux.

C’est pourquoi j’ai voulu créer des phrases simples afin de pouvoir aussi en faire une boîte familiale.

 

Être entrepreneure, c’est souvent être branché 24 /24, comment fais-tu pour déconnecter?

J’essaie de trouver le juste équilibre mais j’ai envie de souligner que lorsqu’on fait ce qui nous plait on ne considère plus vraiment ça comme un travail mais un jeu car cela nous permet de nous épanouir aussi. Je me sens grandir dans mon activité et c’est ce que je conseille à mes client(e)s; de trouver la voie qui les allume et d’aller dans cette direction.

Je n’ai pas d’heures fixes pour travailler mais j’écoute mon coeur et mon corps. Quand je sens que je n’ai plus d’inspiration, j’arrête et je passe à autre chose. J’ai ce luxe de pouvoir travailler en fonction de mon inspiration et de pouvoir être disponible pour mes enfants ou pour prendre un café en semaine avec une amie.

Cependant, je travaille beaucoup, à n’importe quelle heure, parfois aussi les week-ends, mais quel bonheur de voir que ça aide les gens.



Tu es dans une belle phase ascensionnelle, mais être entrepreneure c’est aussi constamment se réinventer et innover, alors quels sont tes projets à venir?

Je viens de lancer un service de coaching en consultations individuelles afin d’aider les personnes à s’aligner comme il faut en évitant de s’éparpiller; je les guide à travers ces différentes étapes. J’ai créé ce service suite à une demande de la part de certaines clientes actuelles et je pense que ce sera vraiment une belle aventure.

Mon projet à plus long terme serait de créer une communauté de femmes de toutes nationalités et langues différentes dans le même but d’atteindre, et donc d’aider, le plus de femmes possibles. Imaginez ma boîte dans toutes les langues avec une femme à la tête. Wow le bonheur !

***********************************

La rencontre avec Alexandra se termine ici mais c’est une personne avec qui j’aurais pu parler des heures tant elle est passionnée et vraiment inspirante dans ce qu’elle fait.

J’ai voulu vous parler d’elle car je suis admirative de son parcours mais aussi parce que je trouve son concept vraiment intéressant et facile à suivre.

J’ai moi aussi une boîte d’affirmations et je colle toujours la phrase du moment au dessus de mon bureau pour y repenser pendant 48 heures (ou parfois un peu plus selon mon temps), c’est un petit rappel et une prise de conscience, tout en douceur, de sa propre valeur.

Vous avez aimé cette entrevue, suivez-la sur Facebook.

Et vous, quelles sont vos techniques pour vous sentir bien et en accord avec vous-mêmes?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *