Comment j’ai perdu 8 kilos

Depuis l’été dernier, en 8 mois environ, j’ai perdu 8 kilos. En douceur. Sans me mettre de pression sur le temps ni l’objectif. Je pense que c’est ce qui a fait que cette fois-ci, j’ai réussi.
Pour être honnête, ces kilos me gênaient depuis longtemps, suite à une période un peu difficile et s’accrochaient. Et comme toujours, plus l’aiguille de la balance monte, plus on stress, moins on arrive à mieux manger et plus elle continue à monter. Et c’est un véritable cercle vicieux dont il est souvent difficile de sortir. Car plus on se sent mal dans son corps, plus c’est dur d’y faire attention.
Je vous ai préparé une série de trois articles sur le sujet, mais pour le premier, je pensais logique de vous parler de mon parcours et de mon expérience par rapport à cette perte de poids.

LE DÉCLIC

J’ai connu plusieurs tentatives “ratées”, qui me laissaient frustrée et en situation d’échec. Et qui ne duraient pas plus de quelques jours. Alors j’ai réalisé que  j’abordais peut être mal la situation. Et c’est là que j’ai eu une sorte de déclic.
Je devais voir les choses différemment. C’est ce que j’ai fait. Et c’est ce qui a tout changé.
Au lieu de penser régime, privations, frustrations et craquages sans bon sens, je me suis mise à penser “bien-être”.
Le but de la démarche n’était pas de me priver pour arriver à un objectif précis. C’était de me sentir bien dans mon coprs, de bien le nourrir et d’augmenter mon niveau d’énergie. Et ça peut paraître simpliste, mais ça change tout. En tout cas pour moi ça a complètement changé mon état d’esprit.  Mais j’ai surtout banni le terme de régime. Qui réveille pleins d’interdits en moi et me frustre! Pour le remplacer par la notion de plaisir et de bien manger pour prendre soin de son corps de l’intérieur.
Au delà de la perte de poids, j’avais envie surtout envie de bien nourrir mon corps et de lui donner des aliments pour lui faire du bien… Et m’en faire à moi aussi par la même occasion.

LA PHASE DE DÉMARRAGE

C’est pendant une période de vacances que j’ai eu ce déclic et c’était donc plus facile de prendre le temps de vraiment bien manger: bannir l’industriel et se nourrir majoritairement de produits frais.
Cette période de vacances était de tout façon un période pendant laquelle j’avais décidé de prendre du recul et même de faire une pause dans ma vie pro (ce qui est rare). Tout ça pour mieux me recentrer sur moi et mes envies profondes. J’avais décidé de ralentir et de prendre soin de moi.
J’ai donc pris le temps de choisir mes aliments et de manger le plus naturellement possible. Après 10 jours: j’avais déjà bien dégonflée, ce qui m’a encouragée à continuer. Et puis je me sentais tellement bien, dynamisée. Plus énergique, que je n’avais vraiment pas envie d’arrêter. J’ai préféré bien m’alimenter bien, prendre soin de mon corps et de mon énergie. L’approche est différente.

Et si j’ai envie de me faire plaisir, je le fais en conscience et en savourant ce moment. D’ailleurs j’ai aussi aboli la notion de “craquage” pour la remplacer par celle de “se faire plaisir”. Je n’aimais pas la connotation négative de craquage qui résonne comme une erreur. Non, se faire plaisir c’est super important, mais il faut le faire bien. Et en le voyant ainsi c’est devenu plus rare, mes envies étaient vraiment dirigées vers des aliments plus sains. Ou alors quand j’avais envie de me faire plaisir, c’était beaucoup moins qu’avant.
Ce qui m’a le plus encouragé c’est bien sur le fait de voir les kilos s’envoler mais surtout ce regain d’énergie. Se sentir bien dans son corps bien dans sa tête et se sentir dynamiser. C’est euphorisant!

UNE NOUVELLE ROUTINE ALIMENTAIRE

Je reviendrai plus en détails la-dessus dans le prochain article mais le fait de bien manger la plupart du temps fait que les écarts se font sentir. Il y a des aliments que j’ai dû mal à digérés, notamment certains produits industriels car mon corps n’est plus habitué. Ce qui fait que je ressens beaucoup moins l’envie d’en manger. J’ai aussi été beaucoup à l’écoute de mes envies, des aliments qui me faisaient me sentir bien, ou moins bien. À l’écoute de mon rythme et de ce que j’aime manger selon les différentes heures de la journée. J’ai écouté ma faim et arrêté de manger quand je n’avais plus faim, ce qui a réduit mes portions sur la durée. Sans me forcer, par pure envie.

J’ai complètement revu mes collations pour les varier et les rendre plus “santé”. Et surtout j’essaye d’en avoir toujours sur moi pour ne pas être prise de cours et ne pas pouvoir choisir ce que je veux manger.
J’ai revu mon placard de cuisine pour intégrer de nouveaux ingrédients. Je teste de nouvelles recettes. Je fais attention à diminué le sucre, notamment le sucre raffiné. J’essaye de manger beaucoup plus des produits de saison. Bref, c’est vraiment un changement alimentaire complet que j’ai fait. Et je dois dire que je suis super contente de l’avoir fait. Je me répète mais mon niveau d’énergie est tellement plus important depuis, que je ne reviendrais pas sur mon ancienne façon de me nourrir.
Retrouvez ici mon article sur: comment avoir plus d’énergie en mangeant mieux.

LE SPORT

J’ai toujours aimé le sport alors c’est sur que ça a fait partie intégrante de ma démarche.
Cependant, au début j’y suis allée doucement. J’ai préféré la marche, plus tranquille, méditative à des séances cardio plus intenses qui ont tendance à me donner faim.
J’ai attendu le bon moment, celui où je sentais que j’avais trouvé mon rythme alimentaire pour introduire le sport de façon régulière. J’ai fait beaucoup d’elliptique, du vélo, un peu de course à pied. Récemment j’ai commencé le Top Body Challenge mais j’ai dû arrêter par manque de temps. Mais je compte bien reprendre car au bout de 6 semaines j’ai vu mon corps se tonifier.
Maintenant il ne se passe pas une semaine sans que je fasse au moins une séance de sport, souvent plus qu’une, aussi petite soit elle. 
Retrouvez ici mes astuces sur: comment se motiver pour aller au sport!

 

Voilà pour mon parcours. Je tiens à vous dire que ce qui a marché pour moi ne fonctionnera peut-être pas sur vous, c’est très personnel. Mais je pense qu’une des clés c’est mettre son bien-être en avant et s’écouter. Prendre le temps de s’écouter et d’écouter son corps pour le remplir de ce qu’il y a de mieux pour lui. Et n’hésitez pas à consulter un.e spécialiste si vous ne savez pas quoi faire, afin qu’il.elle vous oriente vers ce qui est le mieux pour vous.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *