Comment perdre du poids sans frustration

Comme je vous le partageais dans mon dernier article: comment j’ai perdu 8 kilos. J’ai abordé cette démarche différemment cette fois, avec une idée de bien-être sur le long terme. J’ai oublié les régimes privatifs, frustrants et qui la plupart du temps ne fonctionnent pas.
J’ai changé ma façon de penser et mes habitudes. Je me suis MIEUX nourrie. Attention, je ne dis pas pour autant que c’est facile et qu’il n’y a pas eu des moments difficiles. Mais quand je pense à la façon dont je me sens maintenant, je sais que ça en valait la peine. Et plus que perdre quelques kilos, j’ai changé mes habitudes alimentaires, ce qui m’a apporté en bonus plus d’énergie au quotidien.

 

COMMENT ABORDER LA DÉMARCHE PLUS POSITIVEMENT

Premièrement, j’ai abordé ce défi avec un objectif différent: me sentir bien dans mon corps et bien le nourrir pour augmenter mon niveau d’énergie.
Je vous assure que c’est un mindset qui change tout. Et c’est tellement différent que de s’embarquer dans un régime avec son lot de frustrations et de privations.
Je pense qu’on perd plus facilement du poids quand on arrête d’avoir les yeux rivés sur l’objectif (parfois non réaliste) et qu’on pense: faire du bien à son corps. Prendre soin de lui et être attentif.ve à la nourriture qu’on lui donne. Et tout simplement se sentir bien.
On fait très attention à lui en extérieur avec nos crèmes, masques et maquillage alors pourquoi ne pas en faire autant à l’intérieur? Pourquoi ne pas lui donner des aliments qui lui font du bien?

TOUJOURS CHOISIR L’OPTION “SANTÉ”

Ce qui m’a beaucoup aidé quand je doutais, c’est cette simple question: quelle est l’option santé? Quelle est l’option qui me fera me sentir mieux et me donnera plus d’énergie?
Donc parfois alors que j’hésitais entre cookie et smoothie… je me posais cette question intérieurement. C’est tout simple, mais ça m’aide à garder le cap. À choisir sans me priver car je le fais pour la bonne raison: faire du bien à mon corps et à mon moral, indirectement.
À vous donc de choisir une phrase ou un mot clé qui vous fera choisir ce qui est le mieux pour vous. Et de vous la rappeler lorsque vous n’êtes pas sûre de faire le bon choix.

S’ÉCOUTER

C’est important d’écouter son corps car il sait ce qu’il veut. On est juste souvent pas très attentif.ve.  Il réclame ce dont il a besoin, il faut juste être disposé.e à mieux écouter.
Faire attention à sa faim et à sa sensation de satiété. On ne prend pas vraiment le temps de le faire, car on court beaucoup. Mais cela aide de prendre un peu de recul et de faire plus attention au moment présent et à ce qu’on ressent.

APPRENDRE À SE CONNAÎTRE

On pense se connaitre mais il y a encore beaucoup à découvrir. Dans ce cas précis, il faut apprendre à savoir quels aliments nous font du bien et d’autres pas. On vit à 1001 à l’heure et on ne s’arrête plus sur ces détails. C’est pourtant important d’essayer d’y faire plus attention. Vous allez remarquer qu’à chaque fois que vous mangez tel ou tel plat, vous ne sentez pas top, lourd.e, fatigué.e ou avec un de mal au ventre ou de tête. Souvent on se le dit mais on ne prend pas le temps de faire le lien avec ce qu’on vient de manger. On pense que c’est un état passager pour x ou x raison. Essayez de noter après quel genre de repas ou d’aliments ingérés vous êtes sujet.tes à ces maux.
J’ai remarqué par exemple que je digérais mal les pâtes par exemple et j’en mange très peu depuis.
Et aussi les oeufs le matin. Ca ne passe pas. Même si j’en mange à d’autres moments de la journée. Du coup j’ai adapté mes habitudes à ce qui est bon pour MON corps à moi. Et c’est différent pour chacun donc c’est un travail personnel à faire.

NE PLUS MANGER SES ÉMOTIONS

Essayer d’être plus attentif.ve quand on sent qu’on va manger ses émotions. Repérer ces moments et essayer et se questionner sur cette envie. L’analyser pour mieux la comprendre et la gérer. Ensuite on repère plus vite ces moments là.
Je me suis même surprise à me le dire parfois.. Attention là tu viens de vivre un truc pas cool ou tu es un peu énervée pour telle raison et tu t’apprêtes à manger ton énervement /frustration. Encore une fois, tout revient au fait de s’écouter et de se porter l’ATTENTION nécessaire. Lorsqu’on sent qu’on est parti.e pour combler un manque ou un énervement avec de la nourriture, il faut essayer de prendre quelques secondes de recul.  Et se demander: « en ais-je vraiment besoin?. Vais je me sentir mieux après ou pire? »
C’est un long travail et ce n’est pas quelque chose qu’on règle facilement en un coup de baguette, mais encore une fois, ça vaut le coup de se recentrer sur soi et de comprendre pourquoi on fait ça…..Et parfois on craque et c’est ok aussi!

STOP À LA PROCRASTINATION 

Le fameux DEMAIN ou lundi prochain ou le 1er du mois suivant….
« Demain, c’est fini les conneries! Je me reprends en main pour de bon. » On a tous utilisé cette phrase. Demain je réduirai ma consommation de café ou demain j’arrêterai de me gaver le soir. Ou j’arrêterai de manger 2 tablettes de chocolat par jour… Et si demain devenait aujourd’hui. Maintenant. Pourquoi attendre demain pour prendre soin de soi.
Deman c’est bon quand on commence un régime privatif car on a pas envie de le commencer justement.. mais pas lorsqu’on entreprend une démarche de bien-être ou on s’autorise des moments de plaisir. C’est tout à fait logique de le faire dès maintenant.

ARRÊTER LE FOUTU POUR FOUTU

Et le cycle infernal dans lequel il nous plonge et rend tous nos efforts vains. Et de toute façon, on ne se culpabilise plus pour un écart (et encore c’est un terme de régime que je déteste). Si on a envie de manger un muffin aux pépites de chocolat ou une tarte au citron: On le/la mange, on kiffe et c’est tout. Pas besoin d’en faire toute une histoire et de se dire que tout est remis en question. Non, on prend du plaisir non coupable à la manger, c’est essentiel. Et ensuite on repart sur ces bonnes habitudes sans trop tarder. La notion de plaisir en se nourrissant est super importante aussi. On ne peut pas être toujours dans un cercle de restriction et de punition dès qu’on sort des ces règles. C’est important d’écouter aussi ces envies. Ça m’arrive bien sûr d’avoir des envies gourmandes et je les assouvis.. Et si je fais un repas trop copieux la veille, je m’assure de compenser naturellement le lendemain ou de faire une séance de sport pour enlever cette sensation d’avoir trop mangé. Le truc c’est de tout de suite reprendre ses habitudes.

ET JUSTEMENT…..L’HABITUDE

Le truc c’est que mieux on mange, mieux on se sent et mieux on a envie de bien manger.
En règle générale je mange bien, mais évidemment que je fais des écarts, ils sont juste moins gros qu’avant et dure moins longtemps. Je vous assure que quand on mange sainement sur la durée, un gros craquage se fait sentir. On est vraiment pas bien et on a pas forcément envie de ressentir à nouveau ça, alors on évite. Mais ce n’est pas une privation, c’est un choix, un choix vers son bien être. 

DIMINUER LE SUCRE

Ce chapitre, j’y travaille encore, mais j’essaye de couper sur le sucre. De lire la valeur nutritive de ce que j’achète pour m’assurer qu’il n’y  pas trop de sucre. En tout cas je limite au maximum le sucre raffiné. Mais il y en a tellement partout que ce n’est pas évident.
Je me suis achetée le livre C’est décidé, j’arrête le sucre de Sarah Wilson à ce sujet.  Je reprends la lecture bientôt pour aller jusqu’au bout des 8 semaines de sevrage qu’elle propose.

FAIRE DU SPORT ou BOUGER

Si vous avez du mal à vous motiver, retrouvez mes astuces ici: comment se motiver pour aller au sport.
C’est un complément indispensable pour se sentir bien et perdre du poids, si c’est votre objectif. Vous n’êtes pas sportive? Marcher, bouger autrement, trouver une activité qui vous plait. Là aussi, se faire plaisir. C’est le seul moyen de tenir sur la durée. Le sport est indispensable au -delà du poids pour une question d’équilibre. C’est mon moyen de me défouler et de me vider la tête et je me sens toujours tellement bien après une séance.
Mes sports préférés: le basket (mais je n’ai malheureusement plus l’occasion d’y jouer ici), la zumba, la course à pieds, l’elliptique ou le vélo en salle et la marche, je pourrais marcher des heures (surtout quand il fait beau).

Alors pour résumer tout ça, je dirais que le plus important est de vous faire plaisir, de vous écouter pour mieux vous connaitre et vous comprendre et de penser à votre BIEN-ÊTRE!
Et j’ai envie de terminer sur ce beau proverbe indien: « Fais du bien à ton corps pour que ton âme ait envie d’y rester. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *