Moi en plus zen !

On dit qu’on ne change pas les gens, mais je pense que si. Par contre on ne change pas les gens mais on peut se changer « soi ». Pas fondamentalement. On ne change pas pour devenir une nouvelle personne. Mais on peut tout à fait devenir une meilleure version de soi-même.
Je crois que les expériences, les rencontres, les découvertes, les échecs, les apprentissages.. la vie quoi.. peuvent nous transformer et nous faire évoluer en mieux.
En une version de nous-même plus sage, plus libre, plus authentique et plus en accord avec qui on est vraiment au fond de soi.

Je le dis car j’en ai fait l’expérience. Je ne suis plus la même personne que j’étais il y a quelques années et j’aime la personne que je suis devenue car je me sens plus sereine dans la façon que j’ai d’aborder la vie.
Pour y parvenir, une seule condition, celle d’être ouvert.e, à l’écoute et prêt.e à changer certains de nos comportements. Identifier des schémas toxiques qu’on répète et les modifier, travailler sur nos croyances limitantes et accepter d’intégrer de nouvelles habitudes à sa vie.

Je vous ai donc préparé une petite liste de ce qui peut vous aider à vous sentir mieux ou au contraire ce de quoi il est préférable de s’éloigner afin d’atteindre sa meilleure version possible.
Vous verrez, devenir une personne plus zen, authentique et connectée apporte une belle dose de sérénité et de bonheur au quotidien.  

Alors, on commence par:

  • Arrêter de ressasser les même histoires encore et toujours. Cela nous met dans une dynamique négative et cette attitude n’a rien de bénéfique.
  • Ne pas vivre dans le passé. Accepter ce qui a été. Accepter que c’est différent maintenant et avancer plus sereinement. Quand on regarde constamment derrière, on stagne et on ne va nulle part.
  • Suivre le premier des quatre accords toltèques: “Que ta parole soit toujours impeccable”. Être plus conscient.e de nos paroles et de leur impact, sur nous et sur les autres. 
  • Méditer 

La méditation m’a appris à ralentir, à prendre du recul et à me concentrer sur le moment présent. C’est tellement important d’apprendre à ralentir son mental qui est entraîné à aller toujours à 100 km/heure, et de se recentrer sur soi.

  • Lâcher prise et accepter ce sur quoi nous n’avons pas de contrôle. 
  • Écouter son corps et ses sensations.
  • Ne pas se forcer: faire uniquement des choses qu’on a vraiment envie de faire. 
  • Prendre ses responsabilités et sortir du rôle de victime qu’on peut parfois se donner. Analyser la situation et prendre des actions concrètes pour changer ce qui ne nous plait pas plutôt que de se plaindre.
  • Valoriser ses forces plutôt que de vouloir camoufler/améliorer ses « faiblesses ».
  • S’accepter entièrement.
  • Mettre fin aux relations toxiques, quelque soit la relation. Ou tout simplement ne plus fréquenter des personnes avec lesquelles on ne se sent pas bien ou avec qui on n’est pas soi à 100%.
  • Vivre dans l’instant présent et en profiter.
  • Avoir de la gratitude, même pour les plus petites choses de sa vie.
  • Suivre ses envies. Même si sur le coup cela peut paraitre fou.
  • Ne pas remettre toujours à demain ce qui compte le plus pour nous ou pour notre épanouissement.

J’ai tendance à repousser ce que j’aime le plus faire: écrire. Pourquoi? Pour faire des tâches plus productives et qui paraissent plus constructives. Alors que mon essence même c’est d’écrire et de créer. Alors j’ai décidé de laisser plus de temps et d’espace à mon écriture en lui réservant des plages horaires dédiées.

  • S’aérer: prendre la route, aller se promener en pleine nature. Rien de tel que la nature pour se sentir ressourcé.e et faire le vide dans sa tête pour y voir plus clair.
  • Choisir ce sur quoi on veut mettre son énergie et ne pas la gaspiller: la mettre aux bons endroits, sur les bons projets et avec les bonnes personnes.
  • Bouger: on fait du sport, on marche ou on fait tout autre activité qui nous fait du bien au corps et au moral.
  • Respirer et se recentrer: une grosse journée qui n’en finit pas? On prend 5 minutes pour inspirer et expirer profondément afin de se calmer et de mieux repartir.
  • Ne pas refouler sa peur mais l’accepter et en faire une alliée. C’est souvent derrière la peur que se cachent les plus grands désirs.
  • Se faire confiance et faire confiance à son intuition.
  • Se libérer du regard et du jugement des autres (c’est souvent leurs propres peurs qu’ils projettent sur nous).
  • Moins écouter les bons conseils du style:

« Tu devrais faire ci » ou « pourquoi ne fais tu pas ça? » ou encore « tu sais une telle a fait ça et ça a vraiment marché”…
On peut remercier pour ces conseils bienveillants mais prendre ce qu’il y a à prendre et faire au final comme on le sent nous, par rapport à notre vie. 

  • Prendre les apprentissages, s’ouvrir mais faire le tri pour ne garder et n’appliquer que ce qui nous convient. Et ensuite les adapter en fonction de notre rythme de vie. Il ne faut pas croire que ce qui fonctionne pour l’un.e fonctionnera nécessairement pour nous. D’où l’importance de se faire sa propre opinion.
  • Écrire, à la main. Vider ses frustrations, évoquer ses doutes et questionnements, passer outre ses peurs et ses blocages. C’est une excellente thérapie. J’écris presque tous les matins et je ne pourrais plus m’en passer.

Et je finis par le plus beau:

  • Aimer ! S’aimer soi inconditionnellement en premier puis aimer les autres.

Photo prise lors de mes vacances à New York

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *