Objectif demi-marathon

Cet automne, j’ai décidé de courir le demi-marathon (ou semi-marathon pour la France :)) de Montréal. Mon tout premier! C’est un défi personnel que j’avais envie d’accomplir cette année. J’avoue qu’au moment où j’écris ces lignes, je ne suis pas du tout prête, j’étais encore moins prête le jour où je me suis inscrite,  mais j’ai encore 3 mois et demi pour me préparer et m’entraîner afin de relever ce défi.

 

POURQUOI J’AI DÉCIDÉ DE COURIR  LE DEMI-MARATHON

Chaque année, depuis plusieurs années, j’y pense et j’ai envie de le faire. Puis la date se rapproche et le temps passe sans que je n’ai eu le temps (enfin pris le temps) de m’y préparer.
Cette année, j’ai fait ça à l’envers: je me suis inscrite avant d’être prête. Et je me suis dit “ maintenant tu es inscrite, alors plus le choix que de t’entraîner si tu veux être prête pour la course le jour J”. Ça motive!
Et au début j’avoue qu’après avoir validé mon ’inscription, j’ai eu un moment de panique. Mon niveau d’endurance en course était tellement bas – je cours de temps en temps mais pas souvent et pas longtemps (maximum 30 minutes quand je me suis inscrite pour le demi- marathon).
Mais bon, pour voir le bon côté des choses, je ne pouvais que progresser! Et puis c’est un défi personnel avec moi-même. Un défi que je veux relever depuis très longtemps, et comme je suis dans une année où j’ai décidé de ne plus me limiter dans mes envies et bien j’ai dit Oui au challenge.
Et je suis contente car je sentais que j’avais besoin de me lancer un défi, de tester mes limites et ma capacité à me préparer et tenir sur la durée. C’était une façon aussi d’instaurer une nouvelle discipline dans ma vie face au sport – et notamment la course à pied – afin d’en faire plus souvent.
Je sais que le chemin va être exigeant et que parfois la motivation retombera, mais je sais aussi que je serais fière de moi lorsque je passerai la ligne d’arrivée en septembre prochain.

 

MON PROGRAMME D’ENTRAÎNEMENT

Alors plutôt que de m’apitoyer sur mon faible niveau en course et de me demander comment j’allais bien pouvoir finir la course, j’ai téléchargé un plan d’entrainement.
Il en existe beaucoup, téléchargeable gratuitement sur Internet, j’ai choisi celui-ci car je le trouvais simple et facile à suivre pour moi : Programme entrainement semi-marathon.
Avec une inscription (relativement chère) finalisée, plus de choix ni d’excuses, il faut se bouger, même quand je n’ai pas vraiment envie.
Comme le dit Mel Robbins: “Follow the plan, not your mood”. Que j’ai envie ou pas d’aller courir, j’y vais car j’ai un plan d’entraînement à suivre et je ne peux pas me permettre de prendre de retard si je ne veux pas être dans les choux le jour de la course.
*Petite anecdote : mes enfants me demandent si je cours pour gagner..lol… non ce n’est définitivement pas l’objectif, finir la course sera déjà une grande victoire.*
J’ai donc commencé en suivant mon plan d’entraînement pour le demi-marathon.
La première semaine a été difficile. Les sorties de course me semblaient longues et interminables. Je luttais pour atteindre le nombre de km à faire (5km!!) alors courir 21.1km…. Je n’y pensais même pas.
J’avais mal aux jambes le lendemain. Mais je me suis rappelé que tout se construit étape par étape, un petit pas à la fois.
Puis je me suis habituée et mes courses se font de mieux en mieux.
En fait je suis arrivée à ce point ou après une quinzaine de minutes, j’entre dans mon rythme de croisière et je suis bien. Parfois les derniers km sont difficiles, parfois cela passe bien. Ça dépend mais je vais au bout. À chaque fois.
Il y a des sorties courtes, d’autres plus longues – avec des rythmes de courses qui varient. Une fois par semaine, voire deux, je fais une séance d’entraînement croisé: pour moi c’est vélo, natation, yoga ou renforcement abdos-fessiers.

Globalement, je me sens super bien. Je suis contente de m’être poussée et je sais que ma progression va se poursuivre afin d’être prête pour le jour de la course et j’aime suivre cet entraînement. Je sens aussi que mon corps est plus tonique et au delà de la fatigue que m’amenait les premières courses (j’étais exténuée les 2 premières semaines d’entrainement), je sens que maintenant cela m’apporte une énergie supplémentaire.
Je prends chaque semaine comme elle vient, avec ses objectifs sans me projeter encore sur la course finale, c’est la montagne à grimper! Mais j’ai confiance car semaine après semaine je gagne en endurance. Travailler la vitesse serait bien aussi, mais je n’en suis pas encore là.

MES ACCESSOIRES POUR LA COURSE

Il y a plusieurs petites choses qui m’aident pour courir :

Mes baskets:

Je me suis acheté une paire de baskets ON.
On m’en avait vanté les mérites et en effet, elles sont très confortables pour courir! Je me sens bien dedans (presque comme dans des chaussons), elles sont légères et je ne ressens aucune douleur au niveau des pieds quand je cours.
Autre petit plus : l’option lacets attachés par un nœud ou non et j’aime la version sans nœuds. Je ne sais pas si c’est la meilleure option pour courir, mais je l’aime bien pour moi. Bref, elle sont vraiment super agréable pour courir.

Des écouteurs:

Mon gros challenge c’est de ne pas m’ennuyer quand je cours. Souvent après un certain temps de course, ça devient long.
Alors je me divertis avec:
SPOTIFY
J’aime écouter de la musique, c’est entraînant et je me suis faite une liste spéciale sport. C’est souvent ce que j’écoute les 15 premières minutes de course mais ensuite je me lasse.
Alors je passe à d’autres écoutes qui m’occupent pendant que je cours.

-LES LIVRES AUDIO – j’ai pris un abonnement sur Audible à 14.95$ par mois qui permet de télécharger un livre de façon mensuelle. On peut éventuellement en télécharger plus en payant un supplément. Mon dernier livre audio écouté: Take Control of your life de Mel Robbins.

-LES PODCASTS – je me suis mise aux podcasts sur des sujets qui m’intéresse et j’aime beaucoup les écouter. Je peux choisir le thème et j’apprends tout en courant.

Le changement

Changer d’itinéraire c’est aussi cool de temps en temps. Cela permet de varier le paysage. À Montréal c’est facile, il y a pleins de rues et de parcs, donc j’alterne pour changer.  Je cours avec l’application Strava qui me permet d’enregistrer mes courses et d’avoir toutes les informations nécessaires sur ma performance.

 

 

 

ALIMENTATION

C’est encore le point que je dois améliorer. Il n’y a pas de secret. Mieux je mange, mieux je cours. Mais j’avoue que j’ai manqué de temps ces dernières semaines et je n’ai pas pris le temps de faire des repas équilibrés. Et puis je travaille aussi à l’Académie du Chocolat en ce moment, cela n’aide pas!!!  Je suis tellement gourmande.
Mais je vais y remédier. Je pense que bien manger va devenir une de mes priorités. Pas que je mange mal mais je pourrais faire mieux
Alors je vais m’y remettre et mieux m’organiser pour mes repas et collations.

 

Alors je vous dis rendez-vous le 22 septembre prochain sur la ligne de départ du demi-marathon. Je sais que j’ai encore du “travail” pour faire une course agréable et être prête, mais je ne compte pas lâcher. Le plus difficile va être pendant mes vacances en France, mais je me suis déjà organisée pour pouvoir courir  la-bas.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *