Suis- je trop exigeante avec moi-même?

Suis-je trop exigeante avec moi? C’est une question que je me pose souvent! En effet j’ai souvent tendance à vouloir me dépasser pour aller plus loin ou avancer plus vite que je ne le fais.
Parfois je m’arrête et je regarde la vie de mes rêves. Ou plutôt l’idée que j’en ai dans ma tête. Et elle est vraiment très claire et bien dessinée. Je peux douter sur certaines choses mais pour cela je sais vraiment ce que je veux. Et la vérité c’est que j’en suis très proche et j’aime vraiment ma vie actuelle mais ce côté exigeant en moi a parfois tendance à trouver que ce n’est pas encore assez. Et dans mes moments un peu plus bas je m’en sens encore loin.
Et pourtant je sais qu’il faut profiter du chemin jusqu’à la destination. Sinon tout cela ne sert à rien. Et j’en profite! Croyez-moi, surtout depuis cette année. J’ai nettement ralenti et je suis très consciente de cela alors j’essaye de garder un oeil ouvert et objectif pour ne pas en faire trop tout en évitant de stagner.
Quand je me retourne et que je vois tout ce que j’ai accompli et mis en place depuis les 3 dernières années (avec les essais-erreurs de parcours que j’ai pu faire) je me dis que j’ai bien avancé. Ce qui me rend le plus heureuse c’est de savoir enfin où je veux réellement aller – ce qui n’a pas toujours été le cas – et le plus important de tout, de m’être (re)trouvé.

Alors oui cette année je veux me laisser le temps de m’accomplir dans la douceur mais je veux  aussi que les choses avancent sinon les mois passent et rien ne se passent. Et je n’ai pas envie de me retrouver en décembre 2019 en me disant que je n’ai rien accompli de concret cette année. J’aurais accompli beaucoup de concret c’est certain. Mais quand je parle d’accomplissement – allez je vous lâche le morceau – pour moi c’est écrire un livre. Un rêve que j’ai depuis toujours! J’ai commencé des dizaines d’histoires, m’arrêtant à 10 pages, 3 pages et parfois même dès la première.
Alors dans ce sens où c’est une projet que j’ai vraiment envie de mener à terme je suis assez dure avec moi quand je vois que cela n’avance pas. Surtout que ça fait des années que c’est là, que l’année passée je devais m’y mettre un peu plus mais que les événements de la vie ont fait que je n’ai pas pu. Et cette année j’ai envie de le mener au bout.

Mais cette exigence me rattrape aussi sur d’autres terrains: mon appart par exemple. Il n’est pas décoré et cela fait 6 mois que j’ai emménagé. Je me dis que c’est trop long et que ça devrait déjà être fait et qu’il faut que je m’y mettes. Mais quand je relativise et que je regarde tout ce que j’ai fait depuis l’emménagement dans l’appart et hors de l’appart, je n’ai pas chômé. Mais j’ai souvent ce sentiment – que j’essaye de combattre – que ce n’est pas assez. Et finalement ça peut vite te pourrir la vie si tu n’y fais pas attention car tu te dis que rien n’est jamais assez. Et tu vis dans ce sentiment épuisant de toujours devoir faire plus.

Alors comment réduire ce fameux niveau d’exigence quand on le place trop haut?

Essayer de se modérer, relativiser et constater objectivement qu’on en fait déjà beaucoup. Se laisser le temps. Si ce n’est pas fait en 3 mois, ce sera fait en 6 mois et c’est tout aussi bien comme ça.
Quand je vois que cette course à la performance me rattrape. Et oui je la repère vite maintenant, je me calme et je me force à ralentir.
Et puis je me dis aussi que ce n’est pas tant atteindre la vie que je veux qui est important mais plus un style de vie à prendre dès maintenant. Car quand j’y j’y serai cela ne se calmera pas forcément. Je me connais. J’aurais d’autres envie et d’autres accomplissement à poursuivre. Car c’est moi! J’aime être occupée et avoir des projets excitants sur lesquels travailler. Ceci dit et cela peut paraître paradoxal, j’essaie malgré tout de tendre vers une vie moins rapide et plus slow. Et je me sens différente cette année car je me réserve des moments de détente, des moments où je ne fais rien et je pense que j’ai mieux saisi l’équilibre entre les deux. Je me rends comptes que ce n’est pas si incompatible si fait dans une certaine mesure et dans la conscience. Je réduis un peu mes attentes en me laissant un peu plus de temps. Mais sans pour autant lâcher!!

Il faut aussi faire attention à l’image renvoyée par les réseaux sociaux qui biaisent pas mal notre façon de voir les choses – en montrant majoritairement du beau. Voir des gens qui ont semble avoir une vie de rêve, cela met la barre assez haute si on compare cela à notre vie.
Mais en réalité on ne sait jamais vraiment ce qui se passe derrière dans la vraie vie loin de l’écran. Moi même, à 98% du temps, je ne partage de que de belles pensées ou de bons moments de ma vie dans le but d’inspirer et d’insuffler du positivisme. Mais c’est parfois à double tranchant car cela laisse entrevoir aux autres une vie parfaite qui est illusoire. On a tous et toutes nos moments de doutes, de challenges, de vie un peu moins rose et de baisse de moral, et c’est normal. Ne pas avoir envie de le partager et aussi tout à fait compréhensible. Cela étant dit, il faut relativiser. Et se réapproprier sa vie, l’aimer comme elle est et arrêter de se comparer.

L’exigence c’est peut être aussi le problème des gens qui pensent qu’il ont pleins de choses à accomplir et n’ont pas envie de renoncer à leurs rêves. Cette quête et cette envie d’atteindre leur rêves les – nous – pousse à constamment nous dépasser et avoir l’impression de ne pas en faire assez – ce qui peut être très fatiguant Et quand je parle de rêve cela ne veut pas forcément dire faire le tour du monde et vivre de ses voyages. Non mon rêve à moi comme je vous le disais – hormis avoir une vie un peu moins speed et plus au contact de la nature – c’est d’écrire. D’écrire un livre entier. C’est un accomplissement qui me tient à coeur. Mais aussi d’écrire plus, comme sur le blog.
D’où ce degré d’exigence qui peut être un peu trop dur parfois parce que je sais que ce n’est pas en me laissant prendre par le rythme frénétique de la vie que je l’écrirai. Ma réalité fait que j’ai des clients – du travail qui me prend donc du temps – et que j’aime beaucoup ce que je fais!
La réalité c’est aussi que, pour l’instant, l’écriture ne paie pas encore mon loyer et que je ne peux pas aller m’isoler 3 mois dans un chalet pour écrire. Donc, dans ce sens  je n’ai pas de choix que de me pousser pour avancer. Et de me faire des petits rappels à l’ordre – parfois trop exigeant – quand je n’y consacre pas assez de temps. Car cela me tient profondément à coeur. C’est du travail en plus – vraiment! –  des heures de sommeil en moins certainement, des concessions aussi… Alors pourquoi je fais ça? Parce que cela me nourrit, assouvit ma créativité et que j’en ai besoin pour me sentir entière et vivre pleinement.

Alors oui je suis exigeante, je suis consciente que je dois lâcher sur certains points comme avoir une maison au top tout le temps et super décorée en 15 jours, mais je ne veux pas lâcher sur d’autres choses importante comme l’écriture. Finalement cette exigence que j’ai envers moi même parfois me fatigue, je ne pourrais pas la laisser aller complètement car c’est aussi un moteur pour me pousser à me dépasser me pousser à réaliser ce que je rêve de faire et ainsi me réaliser moi-même et m’épanouir.
La seule chose à laquelle je fais très attention maintenant c’est écouter mon corps Quand je sens que ça devient trop, Je lève le pied et je me repose. Je sais maintenant mieux alterner les périodes de “hustle” et les périodes où je vais ne rien faire une journée entière car je sais que j’ai besoin de me ressourcer. Alors oui je suis un peu – beaucoup – exigeante avoir moi même et j’attends beaucoup mais c’est parce que j’ai la tête et surtout le coeur rempli d’envies et de belles choses que j’ai envie d’accomplir. Et je ne peux pas me résoudre à les mettre de côté car cela me rendrait malheureuse. Et puis quand je vois que début janvier j’émets l’intention d’écrire mon livre et plus d’articles de blog personnels en 2019 et qu’on est déjà mi-février et que je n’ai pas tant avancer (encore une fois j’ai peut-être mis la barre trop haute) …mais cela me fait malgré tout prendre conscience que le temps passe et que je dois continuer/ intensifier mes actions pour parvenir à mes objectifs!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *