Suis-je une slasheuse?

J’ai découvert le terme récemment, même si j’avais déjà entendu parler du concept. Et cela m’a immédiatement inspiré cet article.

C’est quoi une slasheuse/ slasheur ?

En résumé, c’est une personne qui cumule plusieurs emplois ou centres d’intérêts.
Le nom vient du “/” sur les claviers d’ordinateurs. Ce terme peut aussi s’appliquer à quelqu’un qui a un poste à temps plein la journée et est entrepreneure à côté.
L’idée n’est pas non plus d’occuper plusieurs postes pour avoir un revenu qui permette de vivre correctement. C’est vraiment de le faire avant tout par envie.

Alors suis-je une slasheuse?

Je pense pouvoir dire que oui. Sans hésitation. Et quelque part cela me soulage car j’ai longtemps refoulé ce côté de moi, me sentant différente.
Alors que c’est libérateur de pouvoir l’afficher sans complexe maintenant. Et de l’assumer pleinement.
Alors oui, je suis de celles qui ne peuvent se contenter d’une seule voie. D’une seule carrière. J’aime et je m’intéresse à trop de choses. Sans pour autant m’éparpiller car je sais où je vais mais je sais aussi que c’est le fait d’avoir plusieurs activités qui m’épanouit.
Je me vois comme une multipotentialiste et slasheuse. Même si je n’aime pas me définir par un ou des mots, ces deux là trouvent un certain écho en moi.
Et cela fait du bien car je me suis tellement longtemps sentie seule. incomprise. Bizzare même. Face aux employé.e.s bien heureux.ses derrière leurs emplois. Je cherchais ce qui clochait chez moi. Pourquoi j’étais différente?
Parce que jusqu’à récemment on ne parlait pas de ça. La normalité à laquelle il fallait se conformer était de faire carrière dans un domaine.
En faire plusieurs nous valait vite d’être qualifiée d’indécise, d’instable ou d’une personne qui ne sait pas ce qu’elle veut.
Qu’on se détrompe. On sait ce qu’on veut. Et je sais ce que je veux. On veut juste plusieurs choses. Car se contenter d’une carte professionnelle ne nous convient pas. C’est justement de faire le choix d’avoir plusieurs casquettes qui est formidable. Une véritable sensation de liberté. Et oui, pourquoi devrait-on se limiter quand il s’agit de suivre nos envies?
Ce qui fait que j’aime aussi parfois retourner en entreprise le temps d’un mandat temporaire. Je ne voudrais pas m’engager pour du permanent mais cela me plait d’y retourner pour une période définie. C’est paradoxal, je sais, mais c’est ainsi.
J’ai un côté très rationnel, très organisé mais aussi un côté créatif très développé. Mais c’est ok ! Et c’est ça qui me permet d’avancer et de créer ce que je crée. Pourquoi être soit organisé.e/rationnel.le soit créatif.ve. Quelle beauté de pouvoir allier les deux.

Une soif d’apprendre constante

Je pense que les slasheuses.res ne cessent jamais d’apprendre.
C’est aussi ce qu’on retrouve avec les multipotentialistes: vouloir toujours en savoir plus, sur tout – ou du moins sur de nombreux sujets. C’est être habité par cette soif d’apprendre et de connaître.

Être toujours dans l’action

C’est aussi ne jamais être dans l’inertie, c’est avoir toujours des idées en tête, innover et mettre en place des projets qui nous tiennent à coeur.
Ce qui peut être fatiguant pour notre entourage, mais tellement nourrissant pour soi.
Je pense que c’est aussi pour cette raison que beaucoup font le choix de l’entrepreneuriat. Car entreprendre, c’est être prêt.e à toucher à tout: comptabilité, finances, graphisme, stratégies web…etc. Du moins au début. Et même si on délègue par la suite, on aime quand même s’y intéresser pour comprendre et savoir comment ça fonctionne.
Alors oui ce n’est pas simple, cela veut dire gérer plusieurs entreprises /projets et se trouver parfois (souvent) débordée.
Mais de ce fait, on Apprend à bien prioriser – on devient même maîtresse dans l’art de prioriser même. C’est faire des choix et avoir une vision qui n’est pas linaire.
Mais c’est aussi tellement de fierté et d’épanouissement personnel. Sentir ses talents exploités au maximum. Ses valeurs alignées. Et son plein potentiel enclenché.
Je sais que c’est ce qui me satisfait, c’est un rôle que j’aime profondément depuis que je l’assume pleinement.

Etre soi à 100%

Puis finalement, c’est être moi tout entière. Ne faire qu’une chose, ne refléterait pas vraiment qui je suis. Et aujourd’hui j’ai envie d’être moi pleinement. Je me suis détachée du regard des autres. Et je ne trouve la validation que dans mon regard. Peu importe le jugement des autres. Mon épanouissement professionnel et donc mon bien-être et bonheur passent en premier.
Se défaire des couches et des couches de croyances et de règles dictées par notre environnement et la société depuis notre plus tendre enfance pour se trouver soi. On ne peut pas se faire de plus beau cadeau.

Une tendance en forte croissance

Ce que j’aime c’est que cela permet de mettre en avant les talents plus que les emplois.
Le même travail répété sans cesse peut devenir ennuyeux et certaines d’entre nous ont constamment besoin de challenge ou ne peuvent se satisfaire d’un seul poste.
Les modes de vie changent, de nouveaux emplois se créent et le modèle du travail va surement beaucoup changé dans les années à venir.
Et je suis convaincue que les gens qu’on peut qualifier de slasheur.ses y trouveront plus facilement leur place.
Cumuler les talents, une solution pour demain? Plus de personnes épanouies et heureuses professionnellement, c’est bénéfique pour tout le monde, non?
Puis finalement avoir un profil varié, s’intéresser à plusieurs choses, ne fait qu’augmenter notre ouverture d’esprit et permet une vision tellement plus grande. Je le vois vraiment plus comme une force que comme la faiblesse.
Mais les gens qui se spécialisent et s’épanouissent dans un domaine, c’est parfait aussi. Et il en faut aussi. Mais je pense juste qu’on peut se permettre maintenant de s’assumer tel.le qu’on est.

 

Alors je crois que cette tendance, plus que cumuler les emplois c’est aussi choisir un nouveau mode de vie. Changer notre façon de voir le travail, nos façons de travailler. Les remettre en questions afin qu’elles s’adaptent mieux à nous. Ne plus s’adapter au mode de travail dicté mais proposer une variante et faire que le travail s’adapte à nous (utopique?). Mais cela est surtout synonyme pour moi de “s’accepter entièrement’ et aborder chaque domaine d’intérêt  avec la même motivation et dynamique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *